top of page

Article du mois de mai de Jacob Vladimir Balga

Que puis-je donner au monde ?

 

Simplement en étant là, en laissant ce corps vivre selon son propre rythme. Si chacun se contentait de cela, le cœur de l'humanité s'ouvrirait, et il n'y aurait plus besoin de sauveurs.

 

MAIS…

 

À chaque fois qu'une civilisation s'apaise, apprend, abandonne ses tendances guerrières et expansionnistes... comme nous sommes encore dans une phase primitive, où dès qu'une société devient pacifique et cultivée, où les arts et la culture remplacent la guerre, elle s’éteint, meure et dès les premiers signes, des ethnies guerrières viennent prendre la place. Cela conduit à des périodes d'obscurantisme, suivies d'une réappropriation, réification de l'ancienne culture pour créer un syncrétisme en récupérant les vestiges du passé.

 

 

L'Occident, blanc et chrétien, est en déclin depuis une trentaine d'années, tandis que l'obscurité semble gagner du terrain dans le monde entier. Pendant ce temps, de nouveaux empires émergent, comme l'Inde, la Chine, le Japon et l'Indonésie, qui s'approprient la technologie développée par l'Occident aux XIXe et XXe siècles.

 

Alors, que faire ? C’est le titre d’un livre publié, en 1905 par Vladimir Ilitch Oulianov, alias Lénine. Sa réponse était que toute révolution menée sans éducation du peuple ne pouvait qu'aboutir à un bain de sang. Ainsi, il s'agit simplement d'être présent et d'éduquer par l'exemple, humblement, dans notre propre cercle d'influence.

 

Si notre voisin nous reproche de faire venir des rats en compostant nos déchets alimentaires, alors que lui préfère les brûler dans un incinérateur industriel polluant, nous devons simplement continuer notre chemin. Nous ne pouvons pas changer le monde entier, mais nous pouvons être SOI.

different
bottom of page